La cataracte sénile
n'est pas une fatalité


La cataracte sénile<br />n'est pas une fatalité


2. La vision chez les animaux


Le chat a la réputation de voir dans le noir. Il ne verra bien sur pas plus que nous dans une obscurité totale mais grâce à la structure de sa rétine, il a besoin de 6 fois moins de lumière que l'Homme pour distinguer un objet. Cette grande sensibilité de la rétine nécessite une protection en pleine lumière, et c'est pourquoi nous voyons la pupille du chat se réduire à une fente lorsqu'il est au soleil. Le chien, comme le chat, est adapté à une vision en lumière faible.

Mais si le chat et le chien nous surpassent dans leur vision nocturne, leur acuité visuelle (capacité à distinguer des détails) est bien plus mauvaise que la nôtre. Un objet que nous distinguons bien à 20 mètres ne devra pas être placé à plus de 6 mètres du chat pour qu'il puisse le distinguer aussi !

Plus que la perception des détails, la vision du chien et du chat est adaptée à la perception des mouvements (y compris dans la pénombre) comme par exemple, le déplacement d'une proie.

Le chat (plus que le chien) a en commun avec nous une vision binoculaire (les 2 yeux sont placés vers l'avant et leur champ de vision se superpose, permettant une vision en relief). C'est ce qui permet au chat d'étre si agile et adroit. Il a une vision vers l'avant, comme tous les grands prédateurs qui doivent repérer et suivre une proie. Et sa vision binoculaire lui permet d'évaluer la distance qui le sépare de la souris ou du haut de l'armoire.

Le chien a les yeux placés plus sur le côté de la tête, donc sa vision en relief est plus limitée mais il a une vision plus large que l'Homme. Il perçoit par exemple les mouvements de son maître lorsqu'il marche en laisse. Contrairement aux idées reçues, le chien ne voit pas en noir et blanc. Mais sa vision est meilleure dans les bleus et les verts et moins sensible dans les rouges.

Le cheval, comme la plupart des grands herbivores, a des yeux très latéraux. Cela lui permet d'avoir un champ de vision très large (voire d'observer son cavalier sur son dos), bien utile pour repérer l'arrivée d'un prédateur. Mais sa vision en relief est très limitée et elle est dirigée vers le bas, vers l'herbe à pâturer (d'ou le comportement caractéristique du cheval, qui lève la tête en l'air pour observer un objet droit devant lui).

Photo du lion : les prédateurs ont un champ de vision étroit et dirigé vers l'avant. La pupille des grands carnivores est ronde, contrairement à celle de leurs proies (antilopes.), qui est allongée. Le lapin a une vision panoramique remarquable : une vision de 360° à l'horizontale mais aussi la capacité de voir au-dessus de lui ! Sans bouger les yeux, il voit venir le moindre danger.

L'oeil et ses maladies



La vision chez les animaux
laurent bouhanna

Site conçu et dirigé par
le Dr Laurent Bouhanna
vétérinaire spécialiste en ophtalmologie vétérinaire

Newsletter